Conseils pour bien débuter votre généalogie

Ça y est, vous avez décidé de partir à la recherche de l’histoire de votre famille et de vos ancêtres. Une grande aventure commence, qui fera de vous un détective à la recherche d’indices permettant de rattacher de nouvelles personnes à votre généalogie, et vous permettra de savoir d’où vous venez et comment vivaient les générations qui vous ont précédé.

Le début est en général facile : vous allez récupérer le livret de famille de vos parents, peut-être de vos grands parents, interroger les anciens de votre famille qui sont encore parmi nous, puis vous attaquer aux archives d’Etat-Civil des communes où vivaient vos ancêtres. Assez rapidement, vous serez déjà à la fin du 19ème siècle, et si vous avez de la chance (ancêtres qui ont peu bougé et communes épargnées par les guerres et autres destructions) vous remonterez tranquillement presque jusqu’à la Révolution de 1789.

Mais la facilité ne doit pas vous empêcher de prendre de bonnes habitudes : faire sa généalogie, ce n’est pas juste inscrire des noms sur un arbre, c’est un travail d’historien à votre niveau, et il est important de ne pas faire d’erreurs, surtout si vous souhaitez partager le fruit de vos recherches avec des cousins voire le publier sur Internet. Cet article a pour but de lister les principaux pièges à éviter et les réflexes à acquérir pour réussir votre généalogie.

Ne négliger aucun renseignement

Que ce soit en discutant avec votre grand-mère ou en épluchant un registre de mariage, vous récupérerez au début beaucoup d’informations dont certaines vous semblerons superflues (témoins, frère ou sœur de l’individu concerné, voisin, profession etc.). Même si pour l’instant vous envisagez de faire seulement votre arbre en ligne directe (vos parents, grands-parents, arrière-grands-parents etc.) toutes ces informations pourront vous servir plus tard, et surtout seront vitales en cas de difficultés pour retrouver un ancêtre.

Par exemple :

  • Les témoins à un mariage sont souvent des parents des mariés (au sens large, par exemple un beau-frère) même si ce n’est pas indiqué dans l’acte de mariage.
  • Les parrains et marraines des nouveau-nés sont fréquemment les grands-parents du bébé pour un 1er enfant, puis ses oncles et tantes.
  • Des témoins venus d’une autre commune peuvent orienter vos recherches vers cette commune.
  • Les mentions marginales (inscrites en marge de l’acte sur le registre comme leur nom l’indique) donnent aussi de précieux renseignements.

Mais comment stocker toutes ces informations de manière ordonnée, de façon à pouvoir les retrouver facilement ? La solution, utiliser un logiciel, par exemple le logiciel Wingen, accessible gratuitement en suivant le lien : http://www.wingen.axolog.fr/WinGen/. Dans Wingen, à chaque fois que vous créez un acte d’état-civil (Naissance, Mariage, Décès), vous avez la possibilité d’y ajouter une note que l’on appelle « mémo », dans laquelle vous pourrez indiquer un commentaire, ajouter des témoins ou des personnes citées dans l’acte, avec leur qualité, profession etc. Les personnes ajoutées comme témoins peuvent être sélectionnées parmi des personnes déjà saisies dans le logiciel, ou créées comme nouvelles personnes. Vous pourrez ensuite s’il y a lieu les rattacher à une branche de votre arbre.

memomariageExemple de mémo sur un mariage dans Wingen

Commencer par rechercher les mariages

Une erreur classique chez les débutants consiste à rechercher en premier les actes de naissances, ce qui peut amener rapidement sur de fausses pistes. En effet même dans une petite commune, plusieurs nouveau-nés pouvaient porter les mêmes noms et prénoms et être nés la même année. Les prénoms autrefois étaient beaucoup moins variés que de nos jours : l’enfant portait souvent le prénom de son parrain ou de sa marraine. De plus l’habitude de donner plusieurs prénoms à un enfant est assez récente.

Par contre, si vous rechercher en priorité les mariages, le risque d’erreur et de confusion entre homonymes devient très faible. En effet, un acte de mariage à l’état civil mentionne presque toujours le nom des parents des époux. En recherchant le mariage de ces derniers, vous aurez donc les noms de leurs parents et ainsi de suite. Ceci fonctionne très bien pour l’état civil et vous permet de remonter rapidement jusqu’à la révolution, sauf exception bien sûr (époux né de père inconnu ou abandonné, archives détruites par exemple). On fait de même avant la révolution avec les actes paroissiaux lorsque ceux-ci comportent le nom des parents des mariés, ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas.

actemariageActe de mariage, comportant le nom des parents des époux
(source Archives Départementales du Morbihan)

Se méfier des généalogies trouvées sur Internet

De nos jours, de nombreux sites Internet proposent de gigantesques bases de données contenant des informations généalogiques. Il vous suffit d’entrer un nom pour obtenir des listes de personnes voire des arbres pouvant correspondre à la personne recherchée. Ces sites vous proposent des alertes à chaque fois que des nouveautés sur les patronymes recherchés apparaissent dans leur base … Toutes ces nouvelles possibilités facilitent la vie du généalogiste qui n’a plus besoin de planifier un séjour dans le village de ses ancêtres, ou de passer ses vacances aux archives départementales, mais il y a un revers à tout cela : les généalogies présentes sur ces sites Internet sont issues des recherches de généalogistes amateurs comme vous, qui pour certains sont allés vérifier les sources des renseignements aux archives, alors que d’autres n’auront fait que récupérer des données d’autres généalogistes. C’est ainsi qu’une erreur due à un manque de vérification peut se propager sur de multiples généalogies.

Je ne dis pas qu’il faut se priver de ces sources d’informations, mais il est nécessaire d’en vérifier l’origine, par exemple en contactant la personne qui a publié sa généalogie sur Internet, en comparant les différentes généalogies concernant les mêmes personnes, en vérifiant les actes sur les archives départementales en ligne (la plupart des départements français proposent maintenant ce type de service).

Noter vos sources d’informations (archives, papier de famille, interview de votre grand-mère, généalogie trouvée sur tel site Internet …) vous permettra par la suite de retrouver comment vous avez eu un renseignement. Pour cela un logiciel tel que Wingen (inscription gratuite ici : http://www.wingen.axolog.fr/WinGen/) peut aussi vous aider. En effet, pour chaque acte saisi dans Wingen, vous avez la possibilité de rajouter une « source » :

source

Ecran de saisie d’une source dans Wingen.

Utiliser un logiciel dès le début de vos recherches

Quand on commence sa généalogie, on ne se rend pas compte de la quantité d’informations que l’on sera amenée à recueillir, stocker et classer. On peut bien sûr tout noter dans un cahier, sur des fiches prévues à cet effet ou directement sur un arbre. Cependant toutes ces solutions ont leurs limites.

Le cahier ou le classeur permettent de tout noter, mais l’on se retrouve rapidement avec une quantité importante de papier à classer. Retrouver à quel moment, dans quel acte est apparu la première fois une personne que l’on rencontre à nouveau dans une autre branche de l’arbre peut devenir rapidement fastidieux.

Travailler sur un arbre papier est très visuel au début, mais rapidement on aura envie de rajouter à l’arbre ascendant strict d’autres informations qui ne pourront pas tenir dessus : autres enfants d’un couple, témoins, anecdotes trouvées au détour d’une recherche etc.

La solution : utiliser dès le début un logiciel, qui vous permettra de stocker au fur et à mesure tous les renseignements recueillis et vous permettra de les retrouver facilement. Nous vous recommandons le logiciel Wingen, simple d’utilisation et complet, disponible sur Internet en suivant le lien http://www.wingen.axolog.fr/WinGen/. Voici ce qu’il vous propose :

  • Base de données riche et sans limitation de taille :
    • Baptême, parrain, marraine, événements divers (adoption, divorce, PACS, fiançailles etc.)
    • Commentaires, témoins et de source documentaire pour tous les actes
    • Dictionnaire de synonymes pour les noms et prénoms,
    • Dictionnaire de lieux hiérarchique.
  • Construction interactive de l’arbre à l’écran
  • Facilité pour créer des liens entre personnes et éviter les doublons
  • Compatible GEDCOM 5.5
  • Nombreux états et impressions :
    • Fiche individuelle
    • Liste de quartiers, de descendance, liste éclair …
    • Arbres descendants, ascendants
    • Tableaux de cousinage
    • Statistiques …

Vérifier vos sources

Que vos renseignements proviennent d’un membre de votre famille ou d’un site Internet, n’hésitez pas à vérifier vos informations en vous aidant par exemple des archives en lignes mises à disposition par les Archives Départementales de la plupart des départements français. En effet les légendes familiales ont la vie dure, et aucun généalogiste même très méticuleux n’est à l’abri d’une erreur ou d’une interprétation.

La généalogie vous permettra sans doute de faire la connaissance de « cousins » avec qui vous partagez un ou plusieurs ancêtres communs. Là aussi comparer vos généalogies respectives sera utile pour en améliorer la qualité.

Adhérer à une association de généalogie

Avec les sites de généalogie qui foisonnent actuellement sur Internet, on peut se dire qu’adhérer à une association de généalogie est superflus. Il n’en est rien : ces associations, locales ou régionales, sont animées par des bénévoles passionnés qui connaissent très bien les spécificités des recherches généalogiques dans leur région, l’histoire locale, les archives de leur département et des communes. Ils pourront vous aider lorsque vous serez bloqué dans vos recherches, mettre à votre disposition des relevés d’actes par commune, des généalogies faites par d’autres adhérents. Vous y ferez la connaissance de cousins qui partagent des ancêtres avec vous.

Pour rencontrer les associations de généalogie, rien de mieux que les journées portes ouvertes et les salons de généalogie. Pour trouver les prochaines manifestations près de chez vous, consultez le site Internet Geneagenda https://geneagenda.org/ l’agenda gratuit des manifestations généalogiques.

N’hésitez pas à laisser vos commentaires, suggestions et questions, et à tester gratuitement le logiciel Wingen http://www.wingen.axolog.fr/WinGen/. Nous vous souhaitons de bonnes recherches.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s